Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
11 juillet 2012 3 11 /07 /juillet /2012 07:38

Bonjour à tous et pourquoi pas à toutes !

 

Je suis très fier de vous annoncer que Roc Librarium a atteint hier le total de 37 100 pages vues en 4 ans d'existence ! Le site fêtera en effet son anniversaire le 26 du mois.

 

37 100 pages vues, par plus de dix mille visiteurs en quatre ans : 11 141 pour être exact. Je vous remercie tous, visiteurs d'un jour comme habitués, de votre confiance comme de votre curiosité !

 

-MFT-

Partager cet article
Repost0
8 juillet 2012 7 08 /07 /juillet /2012 20:39

Deuxième test et match retour entre mes eldars, qui avaient arraché laborieusement et péniblement un match nul à la Garde Impériale (ma liste test pour le Mesnil 2013) confiée à mon frangin.

 

Nous tirons le scénario, La volonté de l'Empereur (l'équivalent du Prendre et tenir V5), déploiement en Frappe d'Avant Garde. Nous installons le décor, toujours selon la méthode alternante, composé en majorité des nouvelles ruines que j'ai monté avec les rabiots que m'avais donné un sympathique hobbyiste à Starplayer cet hiver. Et que j'ai bidouillé hier pour m'en faire de nouveaux décors !

 

Nous tirons les traits de Seigneur de Guerre, Thierry est verni : il tire Prenur de villes : toute son armée acquière les règles discrétion et mouvement à couvert dans les ruines. Ca tombe bien, la partie la plus stratégique du champ de bataille est couverte de ruine... De mon côté, mon Autarque obtient, ainsi que son unité, charge féroce lorsqu'il se trouvera dans la zone de déploiement ennemie.

 

Je me déploie, profite de ma vitesse bien supérieure pour placer mon falcon et mon serpent sur le flanc droit avec l'intention de basculer ces derniers au premier tour sur l'autre flanc et de déborder Thierry tout en empêchant Thierry d'utiliser la puissance de feu de ses Leman Russ qu'il a déployé du coup face à moi. Au deuxième tour, les deux véhicules sont dans sa zone de déploiement avec leurs passagers, tandis que mes snipers lui tuent de nombreux soldats et pilonnent quelques escouades. Mais la partie connait un brusque retournement : Thierry d'un coup de fuseur extrêmement chanceux parvient à faire sauter son dernier point de coque au Falcon, et le Grand Prophète et ses Archontes sont abattus par des rafales de fusil laser (j'ai aussi oublié de jeter Prescience, ce qui m'aurait peut être permis de conserver mon prophète). De plus, mes Araignées Spectrales, qui devaient charger l'escouade QG et la retenir un tour le temps que se déploient mes Scorpions et mon Grand Prophète (qui ne peuvent plus sortir de leur véhicule et charger dans la foulée, même lorsque ce dernier n'a pas bougé), lancent 2d6 et font... 3ps. Ce qui est suffisant pour amener le premier assaillant au contact. Or, le tir en état d'alerte permet à Thierry d'éliminer celui-ci d'un tir de plasma bien ajusté... la charge échoue misérablement.

 

Le tour suivant, les scorpions réchappent miraculeusement d'une avalanche de tir mais l'arrivée des Troupes de choc et surtout de la Vendetta achève de faire basculer la bataille, et si les Scorpions finnissent par détruire l'escouade QG, c'est pour être totalement applatis ces damnés artilleurs d'élite de l'escadron de Leman Russ qui se remettent à "hiter" tout ce qui bouge, surtout quand c'est dangereux pour les Gardes tout autour...

 

Résultat : les Rangers sont massacrés à coup de lance-flammes par les Troupes de choc et les Vétérans de Bastonne, et si le Hornet m'évitera d'être totalement ridicule en abattant la Vendetta au dernier tour, Thierry me table-rase totalement au cinquième tour. Cela faisait longtemps que je n'avais souffert de plus totale défaite !

 

Quelques enseignements :

 

-Les règles sont dans l'ensemble bien pensées et équilibrées, le jeu est très agréable et assez fluide.

 

-Le placement des figurines est essentiel. Un perso bien placé est un perso en sécurité.

 

-Les snipers, c'est vraiment utile pour dégommer les mecs importants d'en face.

 

-La gestion micro des couverts rend le jeu nettement plus tactique car créer des couloirs de tir perpendiculaires devient un piège vraiment mortel. Le mot "couvert" veut maintenant tout dire pour l'infanterie !

 

-La Garde avec le tir en état d'alerte est franchement balaise. Ma liste sans être rude a vraiment gagné, notamment l'escadron de Leman Russ et la Vendetta.

 

-Par contre la règle qui interdit au figurines de charger en débarquant d'un véhicule qui n'est pas un véhicule d'assaut est assassine pour les Eldars. C'est la seule armée d'assaut à ne pas disposer de véhicules d'assaut ou assimilé, ce qui rend les choses horriblement compliquées. En l'état actuel, seul l'eldar de tir ou l'eldar à motojet peut espérer gagner une partie. Cette règle, qu'on peut comprendre pour toutes les autres armées qui sont capables de la contourner ou d'y pallier, est pratiquement insurmontable avec le codex eldar actuel. En fait, elle m'oblige au fond à revoir ma liste de fond en comble et de facto ma façon de jouer eldar.

 

-Ma liste devrait donc subir des remaniements en conséquence : exit les Spectres, figurines très belles mais c'est une escouade suicide et qui coûte 250pts... Pour le même prix j'ai deux prismes et ils seront sans doute plus efficaces... Je vais aussi sortir le Tisseur de nuit et les Archontes pour me donner la place de caser des Lances de Lumière.

 

Quelques photos bientôt.

 

-MFT-

 

Partager cet article
Repost0
4 juillet 2012 3 04 /07 /juillet /2012 12:06

Lundi avec mon frangin nous nous sommes lancés dans une partie test de la V6. Première impression : la méthode alternante pour disposer les couverts permet de disposer une assez jolie table, pas géométrique tout en proposant de nombreux décors. Nous déclarons mystérieux une forêt et un bâtiment, pour voir un peu.

 

Nous jouons le scénario "Croisade" en déploiement "Marteau et enclume" càd il s'agira de récupérer 3 objectifs mystérieux tandis que notre bord de table est constitué de la largeur de la table.

 

Thierry joue ma liste Garde du dernier Mesnil, légèrement modifiée : J'ai fait sauter l'Astropathe et les Bolters lourds de flanc de l'escadron de Leman Russ pour mettre un technoprêtre et trois serviteurs. Ce qui lui donne :

-Qg de cie 3 plasma, médic, Artilleur, Officier de la flotte et 2 Gardes du corps.

-Seigneur Commissaire

-Technoprêtre et 3 serviteurs.

-10 Tdc

-Peloton d'infanterie avec QG fuseur, 2 escouades avec patator, 2 escouades avec lance-flammes

-10 Vétérans avec bastonne et fusils lasers bourrés de lance-flammes

-1 Vendetta avec bolters lourds

-Pask sur Exterminator

-2 Leman Russ avec un simple bolter lourd et une mitrailleuse en plus de l'obusier

-1 griffon

 

Pour ma part j'aligne des eldars d'Alaitoc :

-1 Autarque

-1 Grand prophète et 3 Archontes

-8 Scorpions en Serpent

-3*6 Guerriers mirages

-6 Araignées Spectrales

-6 Schadow Spectres

-1 Hornet

-1 Falcon

-1 Tisseur de nuit

 

Thierry commence la partie, je laisse en réserve mon Serpent avec l'Autarque, les Spectres en FEP, le Hornet en Attaque de flanc. Mon prophète échange 2 pouvoirs contre deux de Divination, à savoir Prescience et Omniscience. Je décide d'arrêter là, un de plus l'aurait rendu grobill et aurait déséquilibré la partie...

 

Pour faire simple et éviter un résumé fastidieux :

 

-La Vendetta en Aéronef n'a vraiment plus besoin des Bolters lourds mais est horriblement chiante avec ses lasers jumelés : elle devient un vrai tueur de char compte tenu du système des points de coque. De plus je n'ai réussi qu'à lui faire sauter un PC en retour comme c'est un avion.

 

-Les armes à explosion sont devenues très dangereuses pour les véhicules, en particulier les obusiers des Russ. Pask en revanche n'était pas très en forme : tirant deux tours sur le Falcon, il ne lui fait rien. Il se fait exploser par les Spectres. Tiens je viens de me rendre compte que Pask peut à présent de déplacer et tirer avec ses bonus habituels : le Russ étant un mosntre pesant, il compte quand même comme étant stationnaire...

 

-De manière générale, il n'est plus possible d'exposer nos chars moyens ou lourds en fonçant droit devant comme auparavant : couvert veut dire beaucoup pour eux aussi, car les PC sautent vite ! Les véhicules légers en particulier exigent à présent de l'habileté dans leur jeu : avec leurs 2PC, ils sont devenus très fragiles. Je ne parle même pas des Vypers...

 

-L'escadron de Russ est assez salasse : il ne craigne plus d'être immobilisés, disposent d'une puissance de feu terrible (je vais remettre les bolters lourds de flanc pour le test suivant) même quand il utilise son obusier et que du coup ses autres armes tirent à CT1. Mais surtout, les tirs étant attribués au véhicule le plus proche jusqu'à ce qu'il soit détruit, en manoeuvrant bien pour former un hérisson il est possible de toujours présenter son blindage frontal à l'adversaire même lorsqu'il vous déborde. Nous allons revoir beaucoup d'escadrons de Leman Russ sur les tables...

 

-Les règles de tir sont par ailleurs très bien fichues et sont en fait assez intuitives. Elles nécessitent comme attendu de bien penser au positionnement de ses spécialistes, et dans une moindre mesure des personanges (Attention Monsieur est très, très utile). Le tir rapide devient réellement utile : bénefficiant souvent d'une portée supérieure à une arme d'assaut, la faculté de pouvoir bouger et tirer à 24ps donne enfin à l'infanterie armé de ce genre d'arme les moyens d'assumer un rôle qu'elle peinait jusqu'ici à assurer : celui d'épine dorsale de votre armée, tout simplement...

 

-Les snipers sont très efficaces (en particulier les Rangers eldars qui, lorsqu'ils obtiennent un 6 pour toucher, non seulement attribuent la touche à qui ils souhaitent mais en plus le font avec une PA1...).

 

-Les corps à corps demandent à être bien calculés, et surtout doivent concernés des unités déjà entamées au tir. Mes scorpions accompagnés de l'Autarque ont attaqué une escouade de Gardes pourtant bien amochée, il devait en rester une douzaine. Le tir en état d'alerte m'a tout de même fauché deux scorpions : 1d3 touches de lance-flammes + le tir rapide des fusils lasers, ça fait du dégât !

 

-Conséquence de ce point, les unités de close légères comme les Banshees ne devront plus arriver qu'en deuxième vague, pour qu'une unité lourde subisse le tir d'état d'alerte à leur place.

 

-Lancer des grenades, c'est fun voire efficace...

 

Conclusion : la V6 impose de repenser totalement notre façon de jouer, et par conséquent nos listes habituelles. L'infanterie constitue dorénavant l'épine dorsale qu'elle aurait toujours du être sans jamais y parvenir. Les unités d'assaut vont peut être également perdre en effectif et vont sans doute devoir beaucoup plus compter sur l'appui d'unités de tir pour dégager un peu le chemin. Nos chars devront également faire plus attention à leurs positionnements. En revanche je n'ai pas utiliser mon Prophète à plein potentiel, en particulier les pouvoirs offensifs. J'essaierai d'insister plus dessus la prochaine fois. Ceci étant les Eldar sont assez mal fournis en pouvoir d'attaque si l'on excepte quelques pouvoirs de Télépathie.

 

SI la V6 est sans nul doute la version de la 2+ et du psyker, nul doute que les Taus et Nécrons vont l'apprécier aussi...

 

-MFT-

Partager cet article
Repost0
1 juillet 2012 7 01 /07 /juillet /2012 06:59

Et voilà, bye bye V5, wellcome V6 ! La très attendue 6ème version des règles de Warhammer 40 000 est parue hier. Et évidemment je me suis précipité dessus. Comme sans doute une multitude de joueurs partout sur la planète. Il me fait étrange de penser qu'aux quatre coins du globe l'ardeur le disputait à l'impatience et que plusieurs milliers de personnes se sont jetés sur le même bouquin pratiquemment à la même heure. Mais passons, venons en au fait.

 

La V6 était très attendue, et à juste titre. La politique de GW d'éviter au maximum toute fuite a globalement bien fonctionné, et si les rumeurs allaient bon train sur ce que contenait cette version, de fait elles on puissament contribuées à maintenir l'intérêt en éveil et l'impatience aiguisée. Après une V4 qu'on pourrait qualifier de Simplicissima Maxima, la V5 ajoutait quelques détails sans fondamentalement changer la mécanique et sans franchement remettre en question la simplification de 40K, en laissant un arrière-goût de jeu basique comparé à d'autres règles de jeu. J'ai toujours pensé que les quelques introductions mineures (Sprint, Se jeter à couvert, répartition des blessures) étaient un prototype, bien que la V5 soit aussi issue d'une époque de sinistre mémoire ou GW ne testait pas ses produits avant leur commercialisation... Clairement ce n'est plus le cas avec la V6, et à la première lecture il m'apparaît qu'il s'agit sans doute de la meilleure version des règles que GW ait produit depuis longtemps (laissant Rogue Trader et Space Crusade de côté).

 

Le jeu a énormément gagné en souplesse et possibilité tactique. Dans l'ensemble, la V6 apporte de nombreuses modifications majeures du fonctionnement du jeu sans être révolutionnaire ni même fondamentales, ce qui permet d'avoir entre les mains un produit paradoxalement autre et nouveau tout en étant déjà connu. Ce qui n'était pas évident à réaliser.

 

Quels sont les changements majeurs ? Les lister tous serait fastidieux, je vais donc tenter d'en faire une synthèse :

 

-L'infanterie reste la reine des batailles, et il est plus que jamais possible de n'aligner que des piétons. C'est même nettement plus compétitif qu'en V5 ou l'armée mécanisée était la règle dominante. Si la V4 fut l'âge des cercueils à chenille, la V5 l'âge du taxi, la V6 est sans doute celle de l'infanterie mécanisée. Nuance importante donc : si la mécanisation restre attractive, la masse d'infanterie à pied a repris de la vigueur. Un équilibre qui n'était pas facile à réaliser, et que jusqu'à présent GW n'était jamais parvenu à atteindre.

 

-Les chars ont gagné dans l'ensemble en résistance : profil bas plus généreux (25%), tableau de dommage unique et modifié (le véhicule n'étant détruit que sur un 6). Du coup, les armes anti-char PA 1 et 2 gagnent un rôle véritablement anti-char grâce au bonus accordé sur le tableau de dommage : le canon laser devient plus efficace que le lance-missile, le fuseur reste égale à lui-même. Ce qui fait que pour à ses armes détruire n'est pas plus difficile qu'avant. Individuellement en revanche les chars sont plus fragiles : si un dégât superficiel ne provoque plus de jet sur le tableau de dégât, les points de coque assurent la destruction de la majorité des véhicules après qu'ils aient reçu trois dégâts. Du coup le spam d'armes lourdes telles que Bolters lourds, multi-laser ou encore autocanons va devenir une réalité pire encore que ce qu'elle n'était en V5. On pense notamment à ces saletés de Chevaliers gris et leurs bolts modifiés à la con... De façon générale, les véhicules rapides sont vraiment rapides voire mortellement rapides, les chars lourds deviennent de véritable plate-forme de tirs -à commencer par le Leman Russ !-

 

-L'introduction du tir au jugé est une excellente chose : vous ne toucherez pas forcément grand chose, mais êtes assuré de tirer avec une unité jetée à terre ou un tank secoué. Finit le temps où le moindre dégât rendait inopérant un tank ! Ceci permet aussi à certaines unités de faire feu avec leurs armes lourdes tout en se déplaçant. Une Deva full Bolter lourd qui se déplace et tire, fut-ce au jugé, c'est toujours appréciable !

 

-De même, le mouvement de charge de 2d6, aditionné au tir de contre charge nommé "Etat d'alerte", implique une réévaluation globale de la place de l'assaut en V6. Couplé avec le risque que représente l'assaut multiple (double Etat d'alerte, perte des bonus liés à la charge), l'assaut doit donc à présent être bien calculé, ce qui veut dire que les armées comptant uniquement sur l'assaut seront moins difficiles à affronter qu'elles nétaient en V5 où elles arrivaient très vite et étaient pratiquement assurées de charger au tour 2. Par exemple, une unité de Genestealer en V5 pouvait bouger de 6ps, courir d'1d6 et enfin charger à 6ps, la plupart du temps en se riant des couverts. A présent, elle bougera de 6ps, et devra choisir entre sprinter d'1D6 relançable sans possibilité de charger, ou charger sur 2D6 relançable, en moyenne donc 7ps : notre Gégé aura perdu quelques ps dans l'ensemble et surtout devra estimer s'il peut se lancer à la charge au tour 2. Ce qui veut dire qu'il reste possible d'esquiver une charge jusqu'au tour 3, ce qui n'était pas évident du tout en V5.

 

-Les Psykers deviennent très forts en V6, et il est beaucoup plus facile de lancer un pouvoir que de l'empêcher. Les armées telles que les Thousans Sons deviennent enfin une armée redoutable car comptant de très nombreux sorciers, ce qui lui procure de nombreux avantages pour accabler l'ennemi ou contrer ses pouvoirs. Les psykers risquent donc de devenir une donnée incontournable des listes V6 (ce qui à mon sens est un peu dommage).

 

-La répartition des blessures est un peu plus complexe qu'en V5 mais en limite les abus flagrants et pathétiques. Néanmoins, dans la mesure où ils sont attribués du plus proche au plus lointain, mettre un personnage spécial imbutable (genre Lysander) en tête de sa principale unité permettra d'accroître de façon considérable sa résistance voire d'en faire un cauchemar pour l'adversaire, ce qui est là encore dommage.

 

-Les armes de corps à corps ont une PA, les armes énergétiques se limitant à 3 (hors gantelet et haches). Les armures terminators devienennt les véritables monstres qu'elles étaient sensées êtres. Nul doute que nous allons en voir beaucoup, beaucoup plus...

 

-Les snipers sont enfin utiles !

 

Dans l'ensemble, la V5 fait la part belle aux fusillades, trouve un équilibre entre infanterie, chars et infanterie mécanisée. Surtout, elle donne un poids plus conséquent aux personnages d'escouade ou indépendants, sans qu'il soit absolument décisif, rendant leurs actions beaucoup plus cinématiques sans déséquilibrer le jeu. Enfin, il y a une véritable interaction entre les deux joueurs, les figurines et le décor. Le jeu est nettement mieux équilibré dans l'ensemble et nettement plus tactique. Concevoir une liste, bâtir un plan de bataille adpaté et ne plus se reposer sur la toute-puissance d'un style de jeu ou d'une super-combo-gagnante-de-la-mort, voilà l'esprit !

 

Une version sixième que j'ai donc hâte d'essayer : nous verrons ça lundi, dans un débat agité entre des Eldars d'Alaitoc et un régiment de la Garde Impériale...

 

-MFT-

Partager cet article
Repost0
15 juin 2012 5 15 /06 /juin /2012 17:16

 

Assis à sa table de travail, éclairé par une dizaine de chandelles qui se consumaient lentement en projetant une lueur palote sur les piles de documents qui étaient disposées sur son bureau, Gabriel lisait. Un coude posé sur le bois d'acajou, sa tête légèrement inclinée à gauche, son front pris entre le pouce et l'index de sa main, il était absorbé par les différents rapports qui émanaient de ses unités, des organes impériaux qu'il avait contacté pour reprendre en main l'administration de la planète, et de dizaines d'autres structures qui devaient maintenir la planète soumise tant que la loi et l'ordre de l'Imperium n'auraient pas rétablies et leurs agents envoyés pour réimposer le contrôle de impérial sur l'ancienne planète rebelle.

 

Gabriel reposa le feuillet qu'il avait en main et se leva de sa chaise curule. Il fit quelques pas les mains croisées dans le dos pour se détendre. Il haïssait ce genre d'occupations. Gabriel était un soldat, pas un administrateur. Il n'avait à cœur que de servir l'Empereur en pourchassant ses ennemis, et dans le domaine gestionnaire seul lui importait sa Troisième compagnie. Mais à cause de cette rébellion et surtout du succès de son attaque éclair, la lourde machine impériale n'avait pu suivre son rythme et voilà qu'il était coincé, astreint à gérer une planète comme le plus vil des gouverneurs impériaux. Ses pensées dérivèrent quelques instants de ces basses besognes stupidement bêtes et bêtement stupides pour s'évader dans ses souvenirs tous neufs. Il sourit.

 

C'était une magnifique victoire qu'il avait enlevé. Sa compagnie n'était pas arrivée depuis vingt-quatre heures que déjà la victoire était à lui, une victoire totale. Une attaque foudroyante, frappant au cœur du dispositif ennemi, une seule attaque décisive et furieuse, qui avait balayé toute opposition devant elle, et en une seule journée de combat l'avait consacré maître de tout Nephillym. La planète félonne avait réintégré le giron impérial. Les Xenos avaient été châtiés de leur impudence, et durement. Et surtout, l'ancien compagnon du Lion, traître à son rang et à son honneur, avait été capturé. L'ex-frère Yanhus confessait en ce moment même ses crimes hérétiques à l'Investigateur Severian, et ce dernier était particulièrement savant dans sa science. Yanhus n'avait été qu'un lampiste lors du schisme du Chapitre, mais il n'en restait pas moins un renégat, parjure et faux. Il n'en restait pas moins un Déchu, et finirait par faire repentance de ses pêchés comme tous les autres, qu'ils aient été novices ou maître de compagnies au sein de l'ancienne Légion. Tous les Déchus finiraient par faire repentance. C'était leur destin inéluctable. Tous. Jusqu'à Caius Pertinax et sa clique.

 

Sur son bureau, le voyant rouge d'une petite console se mit à clignoter. Quelqu'un attendait à la porte. Gabriel se dirigea vers sa console, pressa l'interrupteur et demanda qui se présentait à lui. Une petite voix, comme un souffle, murmura que Frère Bethor et Frère Gidéon était à la porte et sollicitait une audience. Gabriel ralluma toutes les lumières de son bureau, qui illuminèrent à nouveau la pièce de tout leur éclat, et autorisa leur entrée. Les deux battants s'ouvrirent, repoussés par l'un de ces petits êtres encapuchonnés qui servaient le Chapitre et ses principaux dignitaires. Il entra et s'effaça pour céder la place au Porte-étendard de la Troisième compagnie et à son Apothicaire. Ils rejoignirent le Grand Maître puis Gidéon lui tendit un parchemin scellé d'un sceau de cire rouge frappé de l'épée ailée des Dark Angels. Sur les petites bandes de tissu qui en émergeait s'étirait la Prière obituaire.

 

-Mon rapport sur nos pertes définitives, monseigneur.

 

Gabriel ne répondit que par un signe de tête approbateur et saisit le parchemin, décacheta le pli et parcouru les quinze noms qui y figuraient. Neuf appartenaient à sa compagnie, quelques autres se répartissaient entre les vétérans de la Sixième et de la Première compagnie. Avec un serrement au cœur, il vit aussi que trois jeune Novices étaient morts au combat. Ils n'étaient ni aussi honorés ni aussi réputés que les vétérans ou même ses Frères de bataille, mais la mort de jeunes recrues prometteuses le touchait toujours plus que les autres. Sans doute parce que le noviciat était un temps particulier, un temps durant lequel on était pas surchargé de bête tâches bêtement administratives pour le compte du bête léviathan dénommé «Administratum ».

 

-Frère Ashur n'a finalement pas survécu à ses blessures, dit Gidéon. Ses blessures étaient très graves mais j'espérais le sauver et je ne comprends pas pourquoi mes efforts n'ont pas portés.

 

-Peut être ne souhaitait-il pas leur survivre, prononça Gabriel d'une voix grave.

 

-Je n'ai jamais ouïe dire le cas d'un Astartes qui se soit suicidé, dénia Gidéon.

 

-Qui parle de suicide ? Un Dark Angel ne se suicide pas, cela ne veut rien dire pour lui, Frère-Apothicaire.

 

Le ton était neutre mais la voix grave et la formule ne souffraient pas de réponse. Gidéon le savait et se tut. Gabriel l'apprécia. Ashur comme Simias avaient fait leur devoir et s'étaient largement rachetés de leur faute passée. Eux aussi s'étaient repentis. C'étaient de bons Dark Angels, loyaux et zélés. Leur dernier acte méritait d'eux, et Gabriel choisis de consigner leurs noms non pas seulement dans l'Obituaire du Chapitre mais de le reporter dans celui des Héros et Grands Faits, avec un commentaire circonstancié qu'il écrirait et enluminerait de sa main propre. Bethor prit une posture particulière qui traduisait chez lui qu'il souhaitait parler sans pour autant réclamer la parole, juste attirer l'attention de son chef hors de ses réflexions.

 

-J'ai une bonne nouvelle, Monseigneur. L'escadron du Sergent Ardael a intercepté un véhicule Tau qui transportait le corps du Commandeur Brigthsword. Par ailleurs nous avons rassemblé tous les prisonniers xenos, civils comme militaires. Plus de trente mille.

 

-Le Chapitre n'a aucune pitié à offrir aux Xenos. Massacrez les tous.

 

-Bien monseigneur.

 

-L'ex Gouverneur Baxter sera écartelé demain en place publique et ses membres exposés dans les principales cités de cette planète. Vous ferez subir la même sentence au cadavre de ce Brigthwsord. Que la famille Baxter soit crucifiée aux portes de ces mêmes cités.

 

-Bien monseigneur.

 

-Quant à ces millions de félons, ils vont savoir ce qu'il en coûte de défier l'autorité de l'Imperium. Vous appliquerez le châtiment de la décimation. L'Empereur pardonne.

 

-Bien monseigneur.

 

Aucune compassion, ni de l'un ni de l'autre. La justice et l'ordre impérial étaient implacables. Ses agents aussi. Les Dark Angels étaient les meilleurs d'entre eux. Bethor salua son officier, et partit faire appliquer ses ordres à la lettre et sans tarder. Gidéon salua à son tour, puis sortit. Gabriel se reporta dans son travail administratif. Ces peines n'étaient rien de plus que le juste prix de la mort de quinze des meilleurs serviteurs de l'Empereur. Vues sous cet angle, c'était la seule chose qui différenciaient ces lourdes sentences des tâches sans intérêt dans lesquelles Gabriel se replongeait sans plus d'entrain...

 

-MFT-

Partager cet article
Repost0
14 juin 2012 4 14 /06 /juin /2012 19:14

 

Cette fois-ci nous ne jouons pas chez Hagar mais au GW Paris 12, histoire de changer un peu de table et de décors sur nos photos. Par chance, il se trouve que le magasin est pourvu de décors propice à représenter un astroport, ou du moins ses proches faubourgs. J'installe donc la table, un genre de landes sans trop de couverts de sorte que Hagar puisse enfin avoir de l'espace pour manœuvrer ses exo-armures et me tirer dessus. Et puis une lande, cela colle bien à l'idée que je me fais de la périphérie d'un Astroport impérial. Sur une des deux collines en vis à vis j'installe quelques éléments de fortifications afin de figurer les maigres barricades que les Tau ont installés.

 

Suite à la déroute infligée aux Tau la partie précédente, j'ai adapté le scénario à partir du scénario ork « combat d'arrière garde ». Les orks à partir du tour 3 peuvent décrocher et sortir de la table, sauvant ainsi des KP qui sont l'objectif principal de ce scénario. Mais une armée d'ork ne courre pas aussi vite vers la sortie qu'une armée Tau. Aussi je modifiai un peu le scénario de façon à ce que Hagar ne range pas toute son armée le long du bord de table pour me tirer de loin avant de se sauver comme un lapin au tour trois. Il devra se déployer le long de la ligne médiane, ce qui lui laisse tout de même trois tours pour organiser son repli, ce qui est largement faisable. De plus, dans la mesure où les forces Tau ont été sévèrement étrillées, je joue avec 500pts de plus que lui. Aussi ai-je proposé que je puisse moi aussi faire sortir des unités par le bord de table, afin de marquer des points tout en soulageant un peu la pression sur ses troupes. Enfin, en rendant les Tau « obstinés » en plus de la règle « désengagement » dont ils étaient déjà tous dotés par le scénario de base, c'était offrir la possibilité à Hagar de ne pas fuir des corps à corps mais au contraire favoriser le désengagement sans danger de ses unités. Toutes ces idées furent acceptées. Pour rester cohérent avec les parties précédentes, mes unités qui ont subi des pertes précédemment et qui rempilent me coûtent le même prix qu'à effectif complet, me laissant l'alternative de les jouer à effectif amaigris ou repayer des Dark Angels. Je préfère la première option et c'est ainsi que l'escouade Armael théoriquement à dix ne compte par exemple que six membres.

 

La partie commence, j'entre par mon bord de table et active les fumigènes de mes chars qui foncent droit devant tout en s'écrantant. J'essaye d'éliminer les Broadsides, que Hagar a fait l'erreur de séparer et surtout de ne pas doter de drones de défenses. J'en perfore une d'un coup de laser mais ne parvient pas à tuer l'autre, ce qui met en danger Clipeus Fidei. Heureusement pour moi Hagar, qui retraite vers le bord de table, rate sa phase de tir sur le Land Raider même s'il parvient à détruire un Rhino et causer du dégât dans l'escouade qu'il abritait. Néanmoins Zilées, et Harridan qui l'accompagnait, étaient pratiquement arrivés à destination et grimpent dans les étages du bâtiment sur mon flanc gauche. A droite le Land Raider accélère et parvient à flinguer la seconde Broadside qui tentait de se mettre à l'abri. Les lignes Tau reculent encore et finissent derrière leur précaire barricade, prenant toutefois le temps de réduire en miette Magna Veritas. Gabriel et son escouade embarque dans le Rhino de l'escouade Armael, après que celle-ci ait débarqué dans un cratère avec ses armes à fusion et envoient une volée sans grand effet sur une cible d'opportunité. Je ne prends pas le risque de laisser ma précieuse escouade QG en terrain découvert face à une grosse demie-douzaine de Crisis bardées de flingues. En revanche, les vétérans et Severian surgissent hors de Clipeus Fidei et se ruent à l'assaut, contactant deux escouades de Crisis. Les Hazard sont une nouvelle fois transformées en copeaux, mais l'escouade Noire avec les fusils à impulsion survit en bonne part à la charge et parvient à se dégager. Le Land Raider tombe un Devilfish, dont les Guerriers de feu ratent leur test de pilonnage.

 

Néanmoins, la charge des vétérans a perforé l'écran Tau et coupé l'armée d'Hagar en deux. Il essaye de contre-attaquer en envoyant un Devilfish suicide pour tuer ma petite escouade laser réduite à deux Dark Angels sur la colline et qui tire sur tout ce qui bouge (sans grand effet du reste). A gauche ses exo-armures menées par Ironshield tentent d'écraser le flanc mais lorsque la fumée se dissipe seuls un Dark Angel ou deux sont tombés, au grand désespoir d'Hagar. Ses unités Crisis décrochent alors rapidement, tandis que les Dark Angels tentent de les rattraper sans succès, ou se ruent sur les survivants. Armael et ses hommes abattent le Devilfish qui s'était avancé, et les quelques Guerriers qui survivent sont découpés en rondelles par Gabriel et ses compagnons. A droite le Sergent Samartian exécute, quoiqu'avec un peu de difficultés, les derniers Guerriers de feu, avant de sortir de la table avec le Razorback de l'unité,Gladius Virtatis.Il n'y a plus un Tau vivant sur la table : la victoire est mienne.

 

Au total, Gabriel perd le Magna Veritas, irrécupérable, ainsi qu'un ou deux frères de plus. Mais la planète est à lui moins de vingt-quatre heures d'opération, et surtout le Déchu a été capturé. Gloire au Lion et à la Justice implacable du Chapitre !

 

-MFT-

Partager cet article
Repost0
14 juin 2012 4 14 /06 /juin /2012 09:38

 

Bataille pour Nephillym

Acte 3 : « Pour le commandeur ! »

 

Introduction

 

Brightsword est mort. Le célèbre commandeur Tau a succombé, broyé dans le poing du Vénérable Abannias dans sa tentative de rallier ses forces en déroute. Son lieutenant, le Shas'o Ironshield, a été dans la même bataille grièvement blessé. Malgré que les deux adversaires se soient livrés des coups très durs, dans un combat sans pitié, les Dark Angels ont brisé dans le sang le ralliement des troupes Tau et décapité leurs chefs.

 

Ironshield a délégué à son principal Shas'vre l'évacuation des civils Tau, pendant que lui-même dans un dernier baroud d'honneur, va tenter de gagner du temps en mettant en place un ultime écran défensif. Cet écran devra se désengager progressivement du champ de bataille pour rejoindre les transports, mais plus tôt il commencera ce désengagement, moins les civils pourront être évacués.

 

Ironshield n'a pas la même autorité charismatique que le défunt commandeur Brightsword auquel il a succédé. Peut être meilleur stratège que lui, il a néanmoins du mal à garder une vraie discipline sur ses troupes, surtout confronté à la fureur des Dark Angels. Pour garder haut la motivation de ses soldats, Ironshield a déclaré que le commandeur serait le premier d'entre eux à embarquer, mais qu'il n'embarquerait pas tant que le dernier civil n'aura pas quitté le sol de l'ex-colonie Tau.

 

Aussi le mot d'ordre qui circule parmi les troupes de manière informelle est « c'est un beau jour pour mourir ». Ironshield, en ayant eu connaissance, ne s'est pas fâché pour autant. Plus intelligent, il a simplement fait sienne la petite phrase pessimiste, lui ajoutant juste « pour le commandeur ».

 

En revanche, Ironshield s'est toujours défié du fameux conseiller Astartes de Brigthsword. A présent que Brightsword est mort, Ironshield a décidé de lâcher le personnage. Il n'aurait pu que se contenter de ne pas favoriser l'évacuation du conseiller. Mais Ironshield est persuadé, à tort ou à raison que celui qui avait l'oreille de Brightsword est responsable de la mort de son chef, et l'a emprisonné sous bonne garde. Ce qu'il ne sait pas, c'est que la Ravenwing a localisé le Déchu et sa prison, et que la Deathwing va se téléporter dans quelques instants, balayant les gardiens comme des fétus de paille alors qu'Ironshield sera déjà bien trop occupé par la Troisième compagnie, qui se dirige droit vers lui et ne va pas tarder à l'engager, pour intervenir et aidé les malheureux défenseurs.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Scénario

Le scénario est inspiré de « Combat d'arrière garde »p 62 du livre « Mission de Bataille »

Ironshield dispose des dernières forces qu'il a pu rassemblé dans la généralisation de la déroute et ne peut aligner plus de 1500pts d'armée. De plus, Ironshield est le seul commandant de première ligne à être disponible, il doit constituer l'unique choix QG de la liste Tau.

Les Dark Angels à l'inverse se préparent à écraser de toute leur puissance la dernière ligne de bataille, et disposent donc de 2000pts d'armée.

 

Déploiement

Ironshield et Gabriel lancent un dé : le résultat le plus haut choisit son bord de table. Puis, les Tau se déploient dans une bande de 6ps de chaque côté de la ligne médiane. Les Dark Angels ne se déploient pas mais entrent par leur bord de table au début du premier tour

 

Objectifs

L'objectif d'Ironshield est de laisser autant de temps que possible pour évacuer les civils et la dépouille de Brightsword. Pour l'atteindre, il doit infliger le plus de dommage possible aux Dark Angels pour les retarder autant que faire se peut.

L'objectif de Gabriel est de prendre au piège autant de Tau que possible et détruire une bonne fois pour toute leurs commandants. De la même façon, il doit détruire autant que possible d'unités Tau, et si possible leur QG.

 

Réserves

Les Tau ne peuvent garder aucune troupe en réserves.

Les Dark Angels peuvent décider d'en garder autant qu'ils souhaitent, elles n'entreront pas en jeu au premier tour mais suivant les règles normales de réserve.

 

Premier tour

Les Dark Angels jouent en premier.

 

Durée de la partie

Les Dark Angels lancent 1d6 à la fin du tour 5 : sur 1-2 la partie s'achève, sinon on joue un tour de plus. Ils relanceront alors un nouveau dé : sur 1-3 elle prend fin au tour 6, sinon un dernier tour est joué et la partie prend fin automatiquement une fois le tour 7 joué.

 

Conditions de victoire

A la fin de la partie, chaque joueur reçoit 3pts d'annihilation pour chaque QG détruit, 1 pour chaque unité de troupes ou transports assigné, 2 pour les autres unités. Le plus grand résultat remporte la partie.

 

Règles spéciales

 

Unité rouge, repliez-vous ! : Toutes les unités Tau bénéficient de la règle spéciale désengagement. De plus, à partir du tour 3, il est possible à ces dernières de sortir de la partie par leur bord de table. Elles ne compteront pas alors comme détruites (à moins qu'elles n'aient été forcée à le faire parce qu'elles battaient en retraite).

 

Pour le commandeur !: Ironshield n'est peut être pas aussi charismatique que Brightsword, mais c'est un fin psychologue et à très bien compris comment insuffler un courage nouveau à ses troupes démoralisées. Toutes les unités Tau sont obstinées pour la durée de la partie.

 

L'Epée du Lion perforera leurs défenses : Gabriel a bien conscience qu'il ne s'agit que d'un écran et ne souhaite pas s'attarder outre mesure à sa destruction mais au contraire percer à travers. Toute unité Dark Angel peut sortir par le bord de table Tau à partir du tour 3 et rapporte 1pt à Gabriel.

 

-MFT-

Partager cet article
Repost0
13 juin 2012 3 13 /06 /juin /2012 09:08

 

Les Dark Angels progressèrent durant une bonne partie de la journée sans plus avoir à combattre. Tout autour d'eux la campagne était vide d'ennemis. Cela ne ressemblait pas aux Tau. D'habitude, la rase-campagne était leur terrain d'élection. Ne pas être pris pour cible par des armes invisibles et attaqué par des éléments rapides était à première vue surprenant. À première vue seulement. Les Dark Angels avaient anéanti parmi les meilleurs éléments des forces Tau, que le Grand Maître estimait du reste se monter à 2500 soldats extraterrestres. Ces derniers tiraient leurs forces des régiments alliés d'humains traîtres à leur race et à leurs devoirs, qui devaient bien multiplier par six le nombre de soldats à disposition. Néanmoins, l'intervention rapide et brutale de la Troisième compagnie avait pris par surprise les forces ennemies et Gabriel savait qu'il fallait beaucoup de temps pour mettre en route les rouages de la machine de guerre impériale, même aux mains des Tau. Du reste, le centre de commandement principal de l'ennemi était entre ses mains tandis que le gouverneur Baxter et tous les hérétiques de son conseil croupissaient à l'heure actuelle dans les cellules du Winged Vengeance, ce qui ne contribuait pas peu à paralyser lesdits rouages.

 

L'armée Tau constituait un problème de loin plus épineux. Mieux entraînée, mieux armée et bien plus réactive elle aurait pu constituer un danger beaucoup plus sérieux pour la réussite de l'offensive éclair des Dark Angels. Mais Gabriel l'avait frappé durement à la tête par deux fois, et en la décapitant il l'avait aussi frappée au cœur. C'était la principale raison de l'actuelle promenade de santé à travers champ qu'effectuait en ce moment même sa Compagnie, une sorte d'agréable sortie bucolique, en somme. Si le tableau n'avait pas été assombri par la fuite peu glorieuse de deux de ses Frères plus tôt dans la journée, il n'eut pu être meilleur. Touchés au cœur, oui. Par les rapports qui émanaient de sa flottille en orbite et que lui relayait Dies Irae, la flotte Tau s'était regroupée et combattait sans se soucier des pertes pour garder ouvert un corridor de retraite étroit, qu'empruntaient des cargos de civils arrachés à leurs nouvelles terres. Mais cette évacuation d'urgence prendrait du temps. Gabriel estimait à cinquante mille le nombre de civils extraterrestres présents sur la planète, et le seul astroport de la planète était devenu son objectif. Il ne doutait guère que certains parviendraient à fuir en d'autres points du globe, mais les Tau ne pourraient pas évacuer à la fois leurs forces militaires au sol et leurs civils, si tant est qu'ils parvenaient à évacuer tous ces derniers. Lancée le matin même, son attaque éclair avait pris au piège les Tau et nul doute que les Xenos allaient chercher à se donner le plus de temps possible pour exfiltrer le plus grand nombre des leurs.

 

C'est pourquoi Gabriel avait déployé ses escouades de scouts avec leurs motos et leurs Land Speeders spéciaux, car le trajet était long jusqu'à l'astroport de Shimrazd et il manquait de renseignements précis sur la localisation et la composition de l'écran défensif qu'il allait devoir transpercer. Cela faisait déjà plusieurs heures que les jeunes novices et leurs sergents exploraient devant lui le terrain mais aucun rapport positif ne lui était encore parvenu. Comme si elle avait lu ses pensées, la rune de communication de la console du Razorback se mit à clignoter, signalant un appel.

 

Gabriel se leva, s'agrippa à l'une des barres fixées au plafond pour se maintenir malgré les cahots du véhicule et s'avança vers les écrans de contrôle. L'un de ceux-ci indiquait que l'appel émanait du Sergent Ardael, qui commandait le Sixième escadron d'attaque. Bien qu'il aurait souhaité que cela ne se produise pas, le battement de ses deux cœurs se fit plus fort, comprenant aussitôt ce que cela signifiait. Il ouvrit le canal.

 

-Ici escadron Ardael. Nous avons localisé la cible. Il semble qu'elle soit retenue prisonnière sous forte garde. Forces ennemies estimées : cinquante fantassins, une dizaine d'exo-armures, quelques véhicules de transport. Attendons vos ordres. A vous.

 

-Bien reçu, Ardael, attendez mes instructions, restez sur écoute. Gabriel, terminé.

 

-Restons sur écoute pour instructions. Ardael, terminé.

 

Gabriel reporta les coordonnées géographiques qu'avait relevé Ardael. Il siffla lorsque le résultat apparut sur l'écran principal : deux jours de route supplémentaires ! C'était en dehors des possibilités de la Troisième compagnie. En revanche, c'était une tâche toute désignée pour la Deathwing. Les effectifs relevés par le sergent de la Ravenwing n'étaient selon toute vraisemblance pas de taille à rivaliser avec les vétérans de la Première compagnie et leurs redoutables armures Terminator. Certes, c'était somme toute la procédure standard, mais peut être, si l'adversaire avait aligné plus de forces, l'appui de la Compagnie eut été nécessaire. Ce n'était manifestement pas le cas. Il rappela Ardael.

 

-Gabriel à Ardael. Nous allons faire appel à la Deathwing. Donnez l'assaut avec le Septième escadron et activez vos balises au moment où vous le jugerez opportun. Nos frères de la Première compagnie sont parés au combat et déjà prêt à sauter. Envoyez le signal-code habituel. Gabriel, terminé.

 

-Bien reçu. Donner l'assaut et appeler la Deathwing. Ardael, terminé.

 

Gabriel resta un moment songeur. Il n'avait aucune idée de l'identité réelle du Déchu qu'il était sensé capturer, mais du moins cette fois-ci le Cercle Intérieur était certain qu'il s'agissait bien d'un de leurs anciens frères, qui avaient eu l'inconscience de réapparaître au monde. A présent la vengeance des Fils du Lion s'abattait comme la foudre sur lui. Du reste, il semblait bien que ses anciens alliés se défiaient à présent de lui. Peut être espéraient-ils l'utiliser comme monnaie d'échange ? Négocier un cessez-le-feu garantissant leur retraite contre un prisonnier de valeur ? Certes, il était possible que ces Xenos jugeassent que mort, le personnage ne servisse plus à rien pour l'Imperium, ce qui aurait pu amener à composition toute autre force impériale comme ces... « pragmatiques »... du royaume d'Ultramar. C'était méconnaître les Dark Angels. Leur proie avait énormément de valeur vivante, mais même mort le Déchu en avait encore une. Et Gabriel n'aurait jamais toléré passer un marché avec la racaille Xenos, même si il pouvait tout aussi bien n'avoir aucune intention d'honorer un possible cessez-le-feu une fois le prisonnier remis. Il balayerait ces exécrations bleues autant qu'il pourrait en tuer avant qu'ils ne parviennent à s'enfuir. La rune de communication clignota à nouveau et attira son attention hors de ces méditations. L'appel émanait de la Quatrième escouade de scouts. Il appuya sur le bouton et le faible grésillement de la radio lui fit comprendre immédiatement que l'appel était émis d'une courte distance.

 

-Ici Escouade Ashkelon. Nous avons repéré l'ennemi, à vingt kilomètres au Nord-Est de votre position. Ils essaient d'établir une dernière ligne de défense. Effectifs : une douzaine d'Exo-Armures, un char lourd et plusieurs transports de troupes. Présence d'un officier supérieur, il semble blessé. Attendons vos instructions. A vous.

 

-Gabriel à Ashkelon : restez à distance, nous arrivons dans une demie-heure. Relayez-moi toutes les informations que vous jugerez importantes pendant ce temps. N'engagez l'ennemi qu'en cas de nécessité absolue. Trop de sang des Fils du Lion a déjà été versé pour ces misérables traîtres. Gabriel, terminé.

 

-Bien reçu. Attendre et relayer. Ashkelon, terminé.

 

Gabriel revint s'assoir, sans se soucier des cahots de la route. Avec le sourire, il songea au carnage qu'il allait porter à l'ennemi, aux derniers espoirs qu'il allait fouler au pied. Pas même vingt-quatre heures ne s'étaient écoulées, et il était maître de la planète. Une dernière estocade, et l'adversaire s'écroulerait, décapité, fendu de part en part. Seule une ligne se dressait entre lui et la victoire totale. Elle ne le ferait plus longtemps...

 

-MFT-

Partager cet article
Repost0
4 juin 2012 1 04 /06 /juin /2012 18:44

 

Gabriel n'était pas assis avec ses cinq compagnons à l'intérieur du Magna Veritas, son Razorback de commandement, éclairés par la lumière crue des trois néons. Incapable de décrocher de l'écran de contrôle opérationnel du véhicule, il suivait instant par instant l'évolution des combats le long de la route 117 grâce aux nombreuses informations que lui relayaient le PC mobile que constituait le précieux Damoclès Dies Irae. Les icônes de ses unités engagées contre la garde rapprochée du commandeur Tau se mouvaient sur l'écran, brillaient de couleurs différentes suivant le changement de leur situation. Elles ne pouvaient prétendre à rendre toute l'intensité du combat mais pour qui savait décoder ces informations et possédait l'expérience d'un Grand Maître Dark Angel, même aussi jeune que Gabriel, elles décrivaient une situation très tendue. Certes, le principal chef de l'adversaire, le dénommé Brigthsword, qui avait échappé à la mort de justesse quelques heures auparavant, l'avait rencontré lorsque l'énorme poing du Vénérable Abannias l'avait transformé en une masse informe mêlant chaire bleue et débris de métal xenos tordus. Mais pour autant, les Xenos se défendaient et se défendaient bien. Il vit l'icône des vétérans de l'escouade Raphael passer au rouge puis vaciller et s'éteindre après avoir détruit une unité ennemie supplémentaire. Il se retourna pour faire face à ses hommes.

 

-Frères, déclara-t-il, votre chapelain est à terre. Vengez-le, vengez nos blessés et nos morts. Frère Gidéon, ajouta-t-il en se tournant vers son apothicaire, tes premiers soins iront au Frère Burel.

 

Gideon hocha la tête pour signifier son acquiescement. Les cinq Dark Angels étaient assis sur les bancs spartiates du véhicule, silencieux dans leurs loges. Gabriel connaissait tous ses proches guerriers par coeur. Il pouvait deviner Frère Bethor réciter des Hymnes d'exécration pour lui-même, psalmodiant du bout des lèvres des mots qui résonnaient sourdement dans son casque. Frère Marcus inspectait sous tous les angles son Sunfury, et le polissait avec un petit bout de tissu. Petrus faisait de même avec son épée tronçonneuse. Gidéon vérifiait le parfait fonctionnement de tous ses instruments chirurgicaux et contrôlait ses stocks de médecines et de remèdes dont la nature échappait à Gabriel. Quant à Ctésias, le champion de sa compagnie, le Grand Maître savait qu'il se concentrait entièrement sur le combat à venir, révisant tout son immense savoir martial. Satisfait, Gabriel revint aux écrans de contrôle. Ce qu'il vit le figea sur place. Stupéfait, il assistait à quelque chose d'incroyable. L'escouade Zilées battait en retraite. Il n'en revenait, croyant que ses yeux le trahissait. Des Dark Angels tournaient les talons. Ses Dark Angels. Gabriel déglutit lentement.

 

-Quelque chose ne va pas, monseigneur ?

 

La voix de Gidéon lui parvint sur le canal privé. Son vieil ami Gidéon connaissait son chef mieux que personne et devait certainement avoir remarqué le raidissement des épaules ou un poing anormalement serré qui dénotait sa colère contenue. Sa rage était telle qu'il ne parvint même pas à sourire. Une rune se mit à clignoter sur la console et lui permit d'éviter de formuler une non-réponse : un appel entrant. Il pressa la rune.

 

-Ici Clipeus Fidei, fit la voix dans le grésillement de la radio, l'ennemi bat en retraite, monseigneur, secteur sécurisé.

 

-Bien reçu Clipeus. Tenez votre position et consolidez-là, relevez les blessés. Nous arrivons sur votre position dans une demie-heure. Gabriel terminé.

 

-Reçu, consolider la position et tenir. Ce sera fait, monseigneur. Clipeus Fidei terminé.

 

Cette demie-heure parue bien longue au Grand Maître, qui parvenait mal à calmer sa colère à l'encontre de ses hommes qui s'étaient repliés. Il remâchait et remâchait encore les mots qui aillaient les couvrir d'infamie, ne parvenant jamais à les trouver assez dur. Il en était encore à réfléchir à la sanction exemplaire qu'il allait prendre à leur encontre quand le pilote du Razorback l'appela pour lui signaler que leur avant-garde était en vue.

 

-Rangez-nous à proximité du Clipeus, répondit-il laconiquement.

 

Le pilote obtempéra et plaça son véhicule côte à côte avec l'imposant Land Raider. Le Razorback malgré son poids et sa forme ramassé paraissait frêle comparé à l'énorme masse du véhicule d'assaut. Les armes de ce dernier balayaient régulièrement l'espace, contrôlant le terrain, cherchant une cible éventuelle qui ne risquait cependant guère de venir. Ses larges tuyères laissaient échapper quatre minces fumerolles d'une profonde noirceur. Gabriel émergea par la trappe arrière du Magna Veritas puis contempla quelques brefs instants le champ de bataille. Déjà Gidéon se dirigeait à grands pas vers les blessés, et s'agenouilla près de frère Burel, inconscient. Le Grand Maître quant à lui tourna la tête vers la gauche, décidant d'aller voir la trentaine de blessés une fois seulement qu'il aurait puni les lâches comme il se devait. Deux Dark Angels, aux épaulières frappées des armes de la Deuxième escouade, se tenaient au garde-à-vous, raides comme des piquets devant deux Drop pods enfoncés de biais dans le sol. Il se dirigea vers eux.

 

Les deux Dark Angels mirent un genou à terre en le voyant arriver, croisèrent les bras sur leurs poitrines pour le saluer du signe de l'Aquila tout en baissant la tête pour manifester leur honte et leur repentir. Gabriel les toisa, retira son casque et le coinça au creux de son coude.

 

-Frère Ashur et Frère Simias, avez-vous une excuse valable pour vous laver de cette honte ?

 

Les pénitents n'hésitèrent pas et répondirent simplement :

 

-Non monseigneur.

 

-C'est en effet la seule réponse que j'accepte de vous. Il n'y a rien, fit-il en appuyant sur ce mot, rien, qui puisse justifier le fait que vous avez failli à votre devoir envers le Chapitre et l'Empereur. Un Dark Angel ne recule pas. Il combat et meurt là où il a ordre de se tenir. Vous vous êtes déshonorés et vous avez couvert de honte la Troisième Compagnie. Vous serez battus des verges par tous vos frères lorsque cette campagne sera achevée, si d'ici là vous ne vous êtes pas rachetés à leurs yeux comme aux miens. Allez trouver le Frère Severian, il fixera la pénitence qu'il jugera bon de vous infliger à son tour.

 

Les deux Frères se relevèrent, la tête toujours baissée en signe de contrition, puis frappèrent de leur poing droit leur plastron avant de tourner les talons et s'éloigner vers le Rhino de la Première Escouade.

 

Gabriel traversa le champ de bataille pour rejoindre Frère Harridan, qui se démenait manifestement avec énergie autour du Vénérable Abannias. De sa voix profonde et rocailleuse, ce dernier lui signala l'arrivée du Grand Maître. Le Techmarine se retourna et salua lui aussi l'officier.

 

-Ne t'interromps pas pour moi, Frère. Tu as plus important à faire.

 

Harridan acquiesça, et ses servo-bras se détendirent et sifflèrent comme de monstrueux serpents pour manipuler des outils ou des plaques de blindages et des câbles.

 

-Frère Abannias a réchappé à deux tirs de railgun, monseigneur, machonna-t-il. Et ces hérésies technologiques sont puissantes, ajouta-t-il avec agacement. Cela fait au moins plus d'une heure que je travaille à remettre les systèmes moteurs en état de marche et que je n'y arrive pas.

 

-Eh bien dans ce cas, je ne doute pas que vous trouverez bientôt, lui dit Gabriel avec un sourire amical. Frère Burel étant incapacité, je compte sur vos observations, Vénérable Abannias.

 

-Nous avons massacré l'ennemi, Frère Gabriel (l'ancienneté du vétéran l'autorisait à appeler le Grand Maître par son nom). Mais il nous l'a bien rendu. Cependant je puis me faire gloire d'avoir mis un terme à la carrière de leur chef. Je n'ai pas pu en revanche les empêcher d'emporter sa dépouille. Je sais par ailleurs que son second a été gravement blessé par Clipeus Fideimais lui aussi a pu être extrait du champ de bataille. Je dois rapporter la vaillance de Raphael et Burel qui ont abattus xenos sur xenos, ainsi que celle d'Armael et notamment de Frère Ekart qui a accompli son devoir avec le zèle qu'on doit attendre de tout frère du Chapitre.

 

La voix rocailleuse était devenue plus sourde encore lorsqu'elle insista sur ces derniers mots avec un poids lourd de sens et de reproches. Abannias laissa ensuite échapper un grognement de contentement. Ses jambes d'acier frémirent puis avec un grincement il souleva son massif pied droit et le déplaça un pas plus loin. Il fit de même avec l'autre, puis fit un second pas plus fébrile. Son torse bardé de décorations et d'éraflures pivota sur son axe pour se tourner vers Frère Harridan qui avait reculer de quelques pas pour laisser le Vénérable s'ébrouer.

 

-Grand merci à toi, Frère Techmarine. Je t'en suis extrêmement gré.

 

-Je ne suis parvenu qu'à débloquer un servo-moteur coincé et installer une dérivation d'énergie, mais je ne peux pas faire plus ni vous laisser retourner ainsi au combat, Vénérable frère. Vous devez être ramené à l'Arsenal du Winged Vengeance pour être entièrement réparé.

 

Abannias pivota à nouveau en direction de Gabriel. Il n'était pas difficile de deviner qu'il cherchait à obtenir l'approbation de son commandant pour au contraire retourner aussitôt au combat. Gabriel secoua négativement de la tête.

 

-Non, Vénérable Frère, Frère Harridan a raison. La situation est excellente et je ne peux prendre le risque de laisser votre état se détériorer à nouveau en vous renvoyant au combat. Vous êtes trop précieux pour la Troisième compagnie, Frère. Qui racontera les légendes de celle-ci aux novices qui nous accompagne sinon vous ? ajouta-t-il en souriant. Grâce à vous leur commandement est décapité une bonne fois pour toute, la victoire nous tend les bras. Nous allons percer et cela exige toute notre célérité. Rien ne se mettra en travers de la colère des Fils du Lion.

 

-Pour le Lion, rugit la dure voix métallique du Dreadnought.

 

-Frère Harridan, vous fixerez un nouveau rouleau de parchemin pour narrer l'exploit de notre Vénérable frère sur son bras gauche. Qu'il soit particulièrement bien enluminé. Ce jour est le sien. Mais avant cela, vous venez avec moi. Nous allons terminer le travail et balayer cette racaille xenos.

 

Le Techmarine se frappa le torse de son poing tandis qu'Abannias remerciait le Grand Maître. Gabriel salua en retour, puis les quitta pour rejoindre le Magna Veritas. Il entra, vérifia quelques relevés puis indiqua à chacun des véhicules en formation à côté de lui leur nouvel objectif : l'astroport de Shimrazd. Gabriel passa dans l'étroit poste de pilotage, ouvrit le tourelleau et se dressa fièrement hors du char. Il dégaina Absolution et pointa son épée vers le Nord-Ouest.

 

-Troisième compagnie ! lança-t-il. Pour la gloire du Lion, du Chapitre et de l'Empereur, et pour la gloire de la Troisième compagnie : en avant ! Vers la victoire !

 

-MFT-

Partager cet article
Repost0
25 mai 2012 5 25 /05 /mai /2012 09:48

 

Chapelain-Investigateur Severian, Premier Interrogateur, Héros du Chapitre

 

Severian est l'un des plus vieux Chapelains du Chapitre. Agé aujourd'hui de plus de quatre-cent ans,  il a servi sous les ordres de trois Grands Maîtres suprêmes depuis qu'il est entré au sein de la confrérie des Dark Angels. C'est aussi l'un des plus zélés des guerriers du Chapitre. Il est révéré voire craint au sein du Reclusiam du Roc comme un puissant apôtre du credo du Chapitre. Après près de soixante-quinze ans de service au sein des Dixième, Sixième et Quatrième compagnie, il accéda à la charge des âmes de sa compagnie de combat après la mort du chapelain Koriban sur Tessara. Bien qu'il était déjà connu pour sa dévotion et qu'il fut déjà l'auxiliaire du Chapelain Koriban, il prit la tête de la défense des Dark Angels face à l'invasion d'un peuple extra-terrestre jusqu'alors inconnu des archives impériales, les H'ksos. L'obstination qu'il insuffla alors à ses frères leur permit de tenir pendant un mois la cathédrale de Mollberg, bien au-delà de ce que Maître Azerath n'espérait d'eux, face aux rudes assauts de ces nouveaux Xenos . A présent, ces derniers n'existent plus que dans quelques lignes écrites sur de poussiéreux parchemins, perdus au fond de l'une ou l'autre des bibliothèques de l'Imperium, ainsi que dans les volumes du Librarium du Roc. Menés par Azerath et Severian, les Quatrième et Sixième compagnies, renforcées d'éléments d'autres compagnies de réserves, éradiquèrent l'embryon d'empire que le H'ksos avaient commencé à édifier.

Severian pénétra les secrets du Cercle Intérieur une dizaine d'années plus tard, après avoir été observé durant tout ce temps par l'Investigateur Belphegor. Sa capacité à étendre ses réseaux d'informations à travers tout l'Imperium comme les gigantesques tentacules d'une pieuvre qui savait rester tapie dans l'ombre, contribua à sa renommée. En effet, elle lui permit d'acquérir de nombreuses et très utiles informations. Outre la capture de quatre déchus en une trentaine d'années, ces informations permirent aussi aux Dark Angels de se trouver régulièrement au bon endroit au bon moment, jamais trop éloigné des combats pour répondre aussitôt que possible aux demandes de l'Imperium, jamais trop près non plus pour qu'on ne put les suspecter d'avoir favoriser ces coïncidences. Severian gravit donc progressivement les échelons du Roc, allant jusqu'à devenir le confesseur de l'Investigateur Asmodaï en 890M41. Non pas qu'il entendit en confession ce dernier, mais sa science dans l'art de la « question » lui avait valu d'obtenir la confession et le repentir d'une grosse demie-douzaine de Déchus en une centaine d'années. Depuis lors, son chapelet s'est encore étoffé de quelques perles.

Armé d'une foi sans faille et d'une dévotion univoque envers le Chapitre, le Lion et l'Empereur, Severian est un personnage sombre et charismatique qui fait trembler novices comme frères de bataille. Sa renommée et son influence ont cru parallèlement à mesure de ses succès dans la Traque des Déchus, ce qui n'a pas été sans développé jalousies et inimitiés au sein du Reclusiam, notamment de la part de son ex-mentor, Asmodaï (Belphegor étant mort depuis longtemps). Cependant, son opposition de toujours à l'accession de Pertinax à l'office de Maître de compagnie, qui s'avéra fondée par la suite, ainsi que son rôle dans la poursuite épique qui s'ensuivit, renforça sa position influente au point qu'il est à présent le chapelain du Maître Suprême lui-même. Ce dernier l'a élevé au rang de Héros du Chapitre, un titre honorifique de grande valeur, et lui a fait don de l'une des rarissimes « Lames de raison », à laquelle plusieurs ennemis de l'Empereur ont depuis lors goûté avec douleur. Il a par ailleurs développé une certaine amitié avec Gabriel, jeune Maître de la Troisième Compagnie, dont il a plus ou moins ouvertement favorisé la carrière, et bien que cette proximité mette parfois mal à l'aise le vieux Dark Angel. D'autre part, Severian s'inquiète beaucoup de ce que Gabriel a eu aussi un lien fort avec Pertinax, et si il sait que lors du duel final en orbite de Terra, Gabriel ne marqua pas de signe de doute, le vieil Investigateur continue de scruter attentivement son protégé, pour déceler en lui toute trace de malaise. Et pour la première fois, alors qu'il est sans doute celui qui le connaît le mieux, il ne sait pas comment guider ce jeune frère, ni ce qu'il adviendra de lui ou ce qu'il achèvera dans un futur lointain, bien que Severian, dès son noviciat, a compris que Gabriel serait au centre d'évènements décisifs que le Chapelain ne verrait peut être pas...

 

Photobucket

Severian (1)

Severian (2)

Severian (3)

Severian (4)

 

PS : merci à tous ceux qui m'ont fourni des pièces détachées, tout spécialement à Caius Pertinax (un comble !)

 

-MFT-

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog de -MFT-
  • : Ce blog vise à présenter mes projets en rapport avec mes centres d'intérêts : l'écriture, Warhammer 40K, la reconstitution historique et le travail scientifique qui en découle. Bonne lecture !
  • Contact

Recherche