Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
9 juin 2010 3 09 /06 /juin /2010 09:07

Pertinax ne jugea pas utile de répondre. Il s'interrogeait sur les motivations de ses agresseurs. Avait-il affaire à de simples voyous des bas-fonds ? Qu'une arme aussi rare et onéreuse qu'un pistolet à plasma se retrouve entre les mains d'un petit chef de bande avait quelque chose de dérangeant. Il s'agissait plus vraisemblablement de membres du crime organisé : même sur la Sainte Terra, la pègre régnait insidieusement sur les zones d'ombre de la société impériale, et force était de reconnaître qu'une assemblée d'Inquisiteurs constituait une cible tentante pour qui convoitait la fortune des Ordos. Il suffisait de dépouiller une seule victime pour s'octroyer plus de richesses et d'artefacts de valeur qu'en une vie entière de rapines.

D'un coup d'oeil, Pertinax jaugea la distance qui le séparait du bâtiment principal : celui-ci était bien trop éloigné pour que les troupes inquisitoriales puissent intervenir. De toute façon, les gardes étaient postés à l'intérieur, répartis sur les différents accès de l'amphithéâtre pour en interdire le passage à tout visiteur indésirable. Le jardin lui-même ne bénéficiait d'aucune surveillance, aussi les bandits n'avaient-ils eu aucun mal à préparer leur embuscade.


- Eh bien, tu as perdu ta langue, on dirait ? ricana le meneur. Ah, ces Astartes ! Toujours prêts à jouer les fiers à bras sur les champs de bataille, hein ? Mais une fois privés de votre escorte de larbins, vous ne valez pas tellement mieux que nous.

D'un mouvement du menton, il désigna le Grand Maître à ses acolytes.

- Sebka, Belisarius, occupez-vous de notre héros avant qu'il ne prenne ses jambes à son cou !

Les cinq hommes de main éclatèrent d'un rire aussi gras que malsain. Deux d'entre eux se détachèrent du cercle et avancèrent lentement vers Pertinax, brandissant leur arme énergétique pour parer à toute éventualité.

Le Dark Angel balaya la scène du regard. Quatre armes de poing étaient braquées sur lui, dont un pistolet à haut pouvoir pénétrant. Quel dommage que ses hôtes inquisitoriaux l'eussent privé de ses Sunfury ! Il aurait pu dégainer en un éclair et abattre toute la bande sans coup férir.

Le dénommé Belisarius était un géant musculeux à la mine patibulaire, et même si son visage ne témoignait pas d'une intelligence éclatante, l'homme était presque aussi imposant qu'un Astartes ; Sebka, lui, affichait une constitution plus ordinaire, mais son regard torve ne présageait rien de bon. Tous deux disposaient d'une matraque énergétique, susceptible de paralyser n'importe quel adversaire en quelques décharges. Prudents, ils arrivaient sur le Grand Maître par deux côtés opposés, afin de se protéger mutuellement tout en bénéficiant de la couverture de leurs camarades. De toute évidence, les deux brigands avaient pour consigne de neutraliser leur victime plutôt que de la tuer.

Ils n'en eurent pas le temps.

Pertinax fit un pas de côté, plaçant Belisarius entre lui et le chef de bande. Dans le même temps, sa cape se souleva tandis qu'il expédiait le tranchant de sa main dans la gorge de Sebka. Le gantelet blindé défonça la carotide du criminel et poursuivit sa course jusqu'à la colonne vertébrale, qui se rompit dans un craquement épouvantable. Le malheureux s'effondra sans un cri.

En réponse, les bandits ouvrirent le feu, saturant l'air de rayons meurtriers. Plusieurs tirs atteignirent le Grand Maître de plein fouet et ricochèrent sur son armure ; d'autres le manquèrent et vinrent frapper Belisarius qui se ruait au combat pour venger son compagnon. Criblé d'impacts, le molosse chancela mais tint bon ; avec une force terrifiante, il catapulta sa matraque sur la tête de Pertinax.

Son bras fut stoppé en pleine course, le poignet brisé net par la poigne de fer du Dark Angel. Pendant ce temps, pris de panique, le meneur hésitait à tirer. Belisarius se trouvait toujours dans sa ligne de mire, et sa silhouette imposante constituait un obstacle de bonne taille qui occultait presque entièrement le Space Marine ; mais si le Dark Angel n'était pas éliminé rapidement, il n'aurait de toute façon aucun mal à démembrer Belisarius. Résigné, le chef de bande leva son arme et lâcha un tir au jugé, comptant sur sa chance pour lui faire toucher la bonne cible.

La salve de plasma atteignit Belisarius entre les omoplates, vaporisant le torse du géant en une gerbe de sang écarlate. Profitant de ce répit, Pertinax put enfin dégainer l'Epée de Justice ; il bondit vers la colonne la plus proche, devant laquelle se tenait un autre homme de main.

Terrorisé, le criminel actionnait la détente comme un forcené, déchargeant son pistolet laser à bout portant dans une orgie de tirs saccadés. Sans résultat. Pertinax le décapita prestement d'un revers du bras ; au passage, la lame plusieurs fois millénaire vint mordre dans la colonne de pierre et y traça un profond sillon.

Alerté par le sifflement aigu caractéristique d'une arme à plasma en cours de rechargement, le Grand Maître conserva son élan et se glissa derrière le pilier. Des éclats de roche volèrent en tous sens tandis que des tirs de laser s'écrasaient sur la colonne et en détruisaient les élégants bas-reliefs. Presque aussitôt, une décharge de plasma bleuté faisait éclater la pierre.

Avec des réflexes foudroyants, Pertinax surgit du couvert, se précipitant droit sur un nouvel adversaire que d'un puissant coup d'estoc il empala pour le compte. Le Grand Maître fit pression sur l'Epée de Justice pour la dégager ; les servomoteurs de son armure et le champ disruptif de l'arme firent le reste. La lame se fraya un chemin vers le haut, découpant l'abdomen et la cage thoracique du criminel jusqu'à l'épaule, pour finalement jaillir à l'air libre en éclaboussant les environs.

Le corps mutilé n'avait pas encore entamé sa chute vers le sol que le Grand Maître lui avait déjà arraché son pistolet laser. Il abattit le dernier homme de main d'un tir en pleine tête avant de se retourner vers le chef de bande.

Celui-ci décida de tenter sa chance. Il pointa son pistolet à plasma pour exécuter un nouveau tir. Mais alors que son index se raidissait sur la détente, il ressentit une vive douleur qui lui fit lâcher prise : plus rapide, le Dark Angel l'avait touché au bras et ainsi désarmé. La fuite devenait un choix évident.


- Pauvre inconscient, grinça Pertinax.

D'un geste négligent, il fit décrire un arc à l'Epée de Justice, sectionnant les pieds du brigand et le jetant au sol en pleine course. L'homme s'étala de tout son long avec un gémissement pathétique.

Le Grand Maître jeta le pistolet laser devenu inutile et retourna le blessé du bout du pied ; le criminel bascula sur le dos. Comme l'homme faisait mine de se débattre, Pertinax cala son pied sur sa poitrine, le plaquant au sol pour de bon. Ceci fait, le Dark Angel entreprit d'examiner son prisonnier.

Un détail attira son attention : le col entrouvert du chef de bande laissait apparaître un tatouage, discret mais reconnaissable entre mille. L'Aquila de la Garde Impériale. Un vétéran des troupes impériales reconverti dans les activités criminelles ? Possible. Et pourtant, cette explication ne satisfaisait pas entièrement Pertinax.


- Qui t'envoie, crapule ?

- Je vais crever, protesta le malheureux. Je vais crever !

- Pas si tu es soigné rapidement, mentit Pertinax. Parle.

- Va te faire foutre, Marine !

Pertinax aurait volontiers prolongé l'interrogatoire, mais il se rendit compte que les troupes inquisitoriales arrivaient enfin à la rescousse, sans doute alertées par le bruit de la fusillade. Il n'aurait guère le temps d'obtenir des réponses ; ces maudits Inquisiteurs avanceraient un prétexte fallacieux pour le déposséder de sa proie et la faire disparaître dans l'ombre des Ordos. Agacé, le Grand Maître accrut la pression sur sa jambe et enfonça la poitrine du prisonnier, qui périt sur le coup.

Lorsque les premiers gardes arrivèrent, Pertinax achevait d'épousseter sa cape. L'étoffe blanche était percée en de nombreux endroits, seul témoignage de la violence des combats. Du moins, si l'on exceptait les corps éparpillés un peu partout.


- Que s'est-il passé, monseigneur ? s'enquit le sergent des troupes de choc.

- Une altercation. Ces hommes voulaient s'enrichir de façon malhonnête.

Sans un mot de plus, Pertinax fit volte-face et s'éloigna, laissant aux gardes le soin de nettoyer le carnage.

Non, ces hommes n'étaient pas de simples brigands. Ils étaient trop bien renseignés, trop bien armés. Comment savaient-ils que le jardin ne serait pas surveillé ? Pourquoi voulaient-ils à tout prix prendre leur victime vivante ? Et enfin, comment s'était-ils procurés un tel arsenal ?

La main de Pertinax effleura la matraque énergétique dissimulée sous sa cape. Il savait très bien qui avait monté cette embuscade. Une petite conversation s'imposait.



A suivre...

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de -MFT-
  • : Ce blog vise à présenter mes projets en rapport avec mes centres d'intérêts : l'écriture, Warhammer 40K, la reconstitution historique et le travail scientifique qui en découle. Bonne lecture !
  • Contact

Recherche