Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
19 août 2014 2 19 /08 /août /2014 19:50

La voie de l’Errant, Gave Thorpe, Black Library, 2014

Troisième volet d’une trilogie sur le vaisseau-monde d’Alaitoc, écrit par un auteur bien connu pour son affection de la race eldar dont il a écrit au moins deux codex et beaucoup de pan de fluff,. On est donc en sûreté à cet égard : la civilisation eldar telle que le fluff nous le donne à voir sera forcément bien rendue.
Le récit est indépendant des deux autres opus, le lien central restant la description de la civilisation, du peuple et des coutumes d’Alaitoc, l’un des plus grands vaisseaux-mondes, et celui où les enseignements de la Voie pèsent le plus lourd sur les épaules de ses habitants. En l’occurrence ici il agit en contre-modèle, puisque l’intrigue se noue sur le rejet par le principal personnage de ce régime de vie et de ses contraintes. Le récit expose donc les réflexions et sentiments du héros face à ce système et à la pesante société du Vaisseau-monde, qu’il décrit volontiers comme une prison incapable de laisser les individus se développer entièrement à cause des enseignements des Voies, et qui n’offre comme destiné que le Circuit d’Infinité, néant embrumé de fantômes qui ne connaissent pas le repos dans leur pénombre commune. Bref, aucune possibilité pour l’individu de s’exprimer librement.

Pour cette part du moins, le récit est intéressant, et permet d’explorer les motivations des Errants, ceux qui rejettent la Voie et parcourent les étoiles. Mais son traitement est décevant, et méritait sans doute (c’est un comble) un meilleur développement, une analyse plus fine et plus détaillée.

Le reste de l’ouvrage oscille entre passages attendus (un premier combat contre les Orks, pâles ennemis de l’initiation guerrière de tout héros de 40K qui se respecte, le spectacle des Arlequins), des morceaux de bravoure, tel l’expédition sur un ancien monde eldar sis en plein cœur de l’œil de la Terreur, en quête de pierres-esprit, dont l’ambiance oppressante est très bien rendu, et des passages qui confinent au ridicule ou qui ne sont pas crédibles pour deux sous.

Le plus gros reproche que l’on peut cependant faire à Gave Thorpe est de nous fournir un récit d’aventure initiatique expédié en une dizaine de chapitres, avec un héros qui passe pratiquement sans transition de nullité suprême (de drogué il devient Errant et tremble à l’approche d’une paire de Grots, oui de Grots…) au statut de prince pirate renommé car audacieux voire téméraire en l’espace de quatre ou cinq chapitres… bref une transformation beaucoup trop rapide que le procédé de l’ellipse, mal utilisé, ne rend pas crédible pour deux sous. En revanche, l’eldar se trouve très bien dépeint par Gave Thorpe une fois installé comme prince pirate, sa vanité égalant son orgueil (en particulier dans sa relation aux humains), mettant très bien en scène le héros comme un manipulateur, un monstre d’orgueil et une crapule finie, qui sont bien les traits saillants d’un prince pirate pour les humains. Cet aspect du personnage là est donc très bien rendu et expliqué, mais ne compense qu’en partie les points faibles du récit. Quant à la fin de l’histoire, je ne vous la livrerai pas mais elle est très mal exploitée et plus que décevante tant elle n’est absolument pas crédible.

Un roman en demi-teinte donc, dont la tonalité générale un peu décevante est rehaussée par ces éléments assez bien exploités et qui permettent de se faire plaisir malgré tout. Un livre qui n’est pas un must have, mais qui n’est pas non plus entièrement à jeter.

-MFT-

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de -MFT-
  • : Ce blog vise à présenter mes projets en rapport avec mes centres d'intérêts : l'écriture, Warhammer 40K, la reconstitution historique et le travail scientifique qui en découle. Bonne lecture !
  • Contact

Recherche