Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
4 juin 2012 1 04 /06 /juin /2012 18:44

 

Gabriel n'était pas assis avec ses cinq compagnons à l'intérieur du Magna Veritas, son Razorback de commandement, éclairés par la lumière crue des trois néons. Incapable de décrocher de l'écran de contrôle opérationnel du véhicule, il suivait instant par instant l'évolution des combats le long de la route 117 grâce aux nombreuses informations que lui relayaient le PC mobile que constituait le précieux Damoclès Dies Irae. Les icônes de ses unités engagées contre la garde rapprochée du commandeur Tau se mouvaient sur l'écran, brillaient de couleurs différentes suivant le changement de leur situation. Elles ne pouvaient prétendre à rendre toute l'intensité du combat mais pour qui savait décoder ces informations et possédait l'expérience d'un Grand Maître Dark Angel, même aussi jeune que Gabriel, elles décrivaient une situation très tendue. Certes, le principal chef de l'adversaire, le dénommé Brigthsword, qui avait échappé à la mort de justesse quelques heures auparavant, l'avait rencontré lorsque l'énorme poing du Vénérable Abannias l'avait transformé en une masse informe mêlant chaire bleue et débris de métal xenos tordus. Mais pour autant, les Xenos se défendaient et se défendaient bien. Il vit l'icône des vétérans de l'escouade Raphael passer au rouge puis vaciller et s'éteindre après avoir détruit une unité ennemie supplémentaire. Il se retourna pour faire face à ses hommes.

 

-Frères, déclara-t-il, votre chapelain est à terre. Vengez-le, vengez nos blessés et nos morts. Frère Gidéon, ajouta-t-il en se tournant vers son apothicaire, tes premiers soins iront au Frère Burel.

 

Gideon hocha la tête pour signifier son acquiescement. Les cinq Dark Angels étaient assis sur les bancs spartiates du véhicule, silencieux dans leurs loges. Gabriel connaissait tous ses proches guerriers par coeur. Il pouvait deviner Frère Bethor réciter des Hymnes d'exécration pour lui-même, psalmodiant du bout des lèvres des mots qui résonnaient sourdement dans son casque. Frère Marcus inspectait sous tous les angles son Sunfury, et le polissait avec un petit bout de tissu. Petrus faisait de même avec son épée tronçonneuse. Gidéon vérifiait le parfait fonctionnement de tous ses instruments chirurgicaux et contrôlait ses stocks de médecines et de remèdes dont la nature échappait à Gabriel. Quant à Ctésias, le champion de sa compagnie, le Grand Maître savait qu'il se concentrait entièrement sur le combat à venir, révisant tout son immense savoir martial. Satisfait, Gabriel revint aux écrans de contrôle. Ce qu'il vit le figea sur place. Stupéfait, il assistait à quelque chose d'incroyable. L'escouade Zilées battait en retraite. Il n'en revenait, croyant que ses yeux le trahissait. Des Dark Angels tournaient les talons. Ses Dark Angels. Gabriel déglutit lentement.

 

-Quelque chose ne va pas, monseigneur ?

 

La voix de Gidéon lui parvint sur le canal privé. Son vieil ami Gidéon connaissait son chef mieux que personne et devait certainement avoir remarqué le raidissement des épaules ou un poing anormalement serré qui dénotait sa colère contenue. Sa rage était telle qu'il ne parvint même pas à sourire. Une rune se mit à clignoter sur la console et lui permit d'éviter de formuler une non-réponse : un appel entrant. Il pressa la rune.

 

-Ici Clipeus Fidei, fit la voix dans le grésillement de la radio, l'ennemi bat en retraite, monseigneur, secteur sécurisé.

 

-Bien reçu Clipeus. Tenez votre position et consolidez-là, relevez les blessés. Nous arrivons sur votre position dans une demie-heure. Gabriel terminé.

 

-Reçu, consolider la position et tenir. Ce sera fait, monseigneur. Clipeus Fidei terminé.

 

Cette demie-heure parue bien longue au Grand Maître, qui parvenait mal à calmer sa colère à l'encontre de ses hommes qui s'étaient repliés. Il remâchait et remâchait encore les mots qui aillaient les couvrir d'infamie, ne parvenant jamais à les trouver assez dur. Il en était encore à réfléchir à la sanction exemplaire qu'il allait prendre à leur encontre quand le pilote du Razorback l'appela pour lui signaler que leur avant-garde était en vue.

 

-Rangez-nous à proximité du Clipeus, répondit-il laconiquement.

 

Le pilote obtempéra et plaça son véhicule côte à côte avec l'imposant Land Raider. Le Razorback malgré son poids et sa forme ramassé paraissait frêle comparé à l'énorme masse du véhicule d'assaut. Les armes de ce dernier balayaient régulièrement l'espace, contrôlant le terrain, cherchant une cible éventuelle qui ne risquait cependant guère de venir. Ses larges tuyères laissaient échapper quatre minces fumerolles d'une profonde noirceur. Gabriel émergea par la trappe arrière du Magna Veritas puis contempla quelques brefs instants le champ de bataille. Déjà Gidéon se dirigeait à grands pas vers les blessés, et s'agenouilla près de frère Burel, inconscient. Le Grand Maître quant à lui tourna la tête vers la gauche, décidant d'aller voir la trentaine de blessés une fois seulement qu'il aurait puni les lâches comme il se devait. Deux Dark Angels, aux épaulières frappées des armes de la Deuxième escouade, se tenaient au garde-à-vous, raides comme des piquets devant deux Drop pods enfoncés de biais dans le sol. Il se dirigea vers eux.

 

Les deux Dark Angels mirent un genou à terre en le voyant arriver, croisèrent les bras sur leurs poitrines pour le saluer du signe de l'Aquila tout en baissant la tête pour manifester leur honte et leur repentir. Gabriel les toisa, retira son casque et le coinça au creux de son coude.

 

-Frère Ashur et Frère Simias, avez-vous une excuse valable pour vous laver de cette honte ?

 

Les pénitents n'hésitèrent pas et répondirent simplement :

 

-Non monseigneur.

 

-C'est en effet la seule réponse que j'accepte de vous. Il n'y a rien, fit-il en appuyant sur ce mot, rien, qui puisse justifier le fait que vous avez failli à votre devoir envers le Chapitre et l'Empereur. Un Dark Angel ne recule pas. Il combat et meurt là où il a ordre de se tenir. Vous vous êtes déshonorés et vous avez couvert de honte la Troisième Compagnie. Vous serez battus des verges par tous vos frères lorsque cette campagne sera achevée, si d'ici là vous ne vous êtes pas rachetés à leurs yeux comme aux miens. Allez trouver le Frère Severian, il fixera la pénitence qu'il jugera bon de vous infliger à son tour.

 

Les deux Frères se relevèrent, la tête toujours baissée en signe de contrition, puis frappèrent de leur poing droit leur plastron avant de tourner les talons et s'éloigner vers le Rhino de la Première Escouade.

 

Gabriel traversa le champ de bataille pour rejoindre Frère Harridan, qui se démenait manifestement avec énergie autour du Vénérable Abannias. De sa voix profonde et rocailleuse, ce dernier lui signala l'arrivée du Grand Maître. Le Techmarine se retourna et salua lui aussi l'officier.

 

-Ne t'interromps pas pour moi, Frère. Tu as plus important à faire.

 

Harridan acquiesça, et ses servo-bras se détendirent et sifflèrent comme de monstrueux serpents pour manipuler des outils ou des plaques de blindages et des câbles.

 

-Frère Abannias a réchappé à deux tirs de railgun, monseigneur, machonna-t-il. Et ces hérésies technologiques sont puissantes, ajouta-t-il avec agacement. Cela fait au moins plus d'une heure que je travaille à remettre les systèmes moteurs en état de marche et que je n'y arrive pas.

 

-Eh bien dans ce cas, je ne doute pas que vous trouverez bientôt, lui dit Gabriel avec un sourire amical. Frère Burel étant incapacité, je compte sur vos observations, Vénérable Abannias.

 

-Nous avons massacré l'ennemi, Frère Gabriel (l'ancienneté du vétéran l'autorisait à appeler le Grand Maître par son nom). Mais il nous l'a bien rendu. Cependant je puis me faire gloire d'avoir mis un terme à la carrière de leur chef. Je n'ai pas pu en revanche les empêcher d'emporter sa dépouille. Je sais par ailleurs que son second a été gravement blessé par Clipeus Fideimais lui aussi a pu être extrait du champ de bataille. Je dois rapporter la vaillance de Raphael et Burel qui ont abattus xenos sur xenos, ainsi que celle d'Armael et notamment de Frère Ekart qui a accompli son devoir avec le zèle qu'on doit attendre de tout frère du Chapitre.

 

La voix rocailleuse était devenue plus sourde encore lorsqu'elle insista sur ces derniers mots avec un poids lourd de sens et de reproches. Abannias laissa ensuite échapper un grognement de contentement. Ses jambes d'acier frémirent puis avec un grincement il souleva son massif pied droit et le déplaça un pas plus loin. Il fit de même avec l'autre, puis fit un second pas plus fébrile. Son torse bardé de décorations et d'éraflures pivota sur son axe pour se tourner vers Frère Harridan qui avait reculer de quelques pas pour laisser le Vénérable s'ébrouer.

 

-Grand merci à toi, Frère Techmarine. Je t'en suis extrêmement gré.

 

-Je ne suis parvenu qu'à débloquer un servo-moteur coincé et installer une dérivation d'énergie, mais je ne peux pas faire plus ni vous laisser retourner ainsi au combat, Vénérable frère. Vous devez être ramené à l'Arsenal du Winged Vengeance pour être entièrement réparé.

 

Abannias pivota à nouveau en direction de Gabriel. Il n'était pas difficile de deviner qu'il cherchait à obtenir l'approbation de son commandant pour au contraire retourner aussitôt au combat. Gabriel secoua négativement de la tête.

 

-Non, Vénérable Frère, Frère Harridan a raison. La situation est excellente et je ne peux prendre le risque de laisser votre état se détériorer à nouveau en vous renvoyant au combat. Vous êtes trop précieux pour la Troisième compagnie, Frère. Qui racontera les légendes de celle-ci aux novices qui nous accompagne sinon vous ? ajouta-t-il en souriant. Grâce à vous leur commandement est décapité une bonne fois pour toute, la victoire nous tend les bras. Nous allons percer et cela exige toute notre célérité. Rien ne se mettra en travers de la colère des Fils du Lion.

 

-Pour le Lion, rugit la dure voix métallique du Dreadnought.

 

-Frère Harridan, vous fixerez un nouveau rouleau de parchemin pour narrer l'exploit de notre Vénérable frère sur son bras gauche. Qu'il soit particulièrement bien enluminé. Ce jour est le sien. Mais avant cela, vous venez avec moi. Nous allons terminer le travail et balayer cette racaille xenos.

 

Le Techmarine se frappa le torse de son poing tandis qu'Abannias remerciait le Grand Maître. Gabriel salua en retour, puis les quitta pour rejoindre le Magna Veritas. Il entra, vérifia quelques relevés puis indiqua à chacun des véhicules en formation à côté de lui leur nouvel objectif : l'astroport de Shimrazd. Gabriel passa dans l'étroit poste de pilotage, ouvrit le tourelleau et se dressa fièrement hors du char. Il dégaina Absolution et pointa son épée vers le Nord-Ouest.

 

-Troisième compagnie ! lança-t-il. Pour la gloire du Lion, du Chapitre et de l'Empereur, et pour la gloire de la Troisième compagnie : en avant ! Vers la victoire !

 

-MFT-

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de -MFT-
  • : Ce blog vise à présenter mes projets en rapport avec mes centres d'intérêts : l'écriture, Warhammer 40K, la reconstitution historique et le travail scientifique qui en découle. Bonne lecture !
  • Contact

Recherche