Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
2 mars 2009 1 02 /03 /mars /2009 09:16
Je veux vivre.

Un studio de neuf mètres carré était ce à quoi pouvait prétendre un ouvrier célibataire à ce niveau de la ruche. On n’y comptait pas les toilettes et la salle d’eau quand ces dernières avaient la chance de se trouver dans le logement. Même compte tenu de l’époque et de la vie austère à laquelle chacun se savait voué, cela restait exigu. C’était d’autant plus vrai lorsque l’on était un astartes.
« Ca va faire deux semaines que vous tournez en rond ici. »
L’individu encapuchonné qui venait de parler, était assis près de la fenêtre brisée du local où Martinien s’était installé. Le Dark-angel restait silencieux.
« Je vois avec plaisir que vous vous êtes trouvé un endroit douillet et spacieux. Vous avez, de surcroit une bien jolie vue. » Faisant référence à l’immeuble en face où logeait Erell, le mystérieux personnage vit avec plaisir un mouvement de tête montrant une réaction de Martinien.
« Cela vous a-t-il fait plaisir de la voir, au moins? »
Le guerrier eut un petit rire désabusé.
« Qu’insinuez-vous ? Que je devrais vous être reconnaissant pour m’avoir sauvé ? » Le Dark-angel lui fit face et essaya de percer les ténèbres sous la capuche de son vis-à-vis, en vain.
« J’appartenais au chapitre et vous avez brisé cela. Aujourd’hui, il n’est point de retour possible pour moi. Mes frères m’exécuteraient sans hésitations et je ne pourrais pas leur donner tord. Je ne sais plus ce que je suis. Vous m’avez perverti misérable xénos. Si ce n’est dans ma tête, au moins dans ma chair. C’est certain.
-Et où cela vous mène-t-il Martinien ? Que devriez-vous faire ? Après tout, il ne me semble pas vous avoir mis le couteau sous la gorge.
-Vous saviez que cela aurait été inutile, fourbe !
-Soit. Néanmoins vous êtes là avec le xénos que je suis. Ne devriez-vous pas m’occire sans autre forme de procès ? Ensuite vous infliger à vous-même ce juste châtiment ? »
Martinien le fusilla du regard. Il sentait tout son être et son conditionnement lui hurler de donner raison à ce scélérat. A cet instant, il entendit la porte de l’immeuble en vis-à-vis. Il s’attendit à voir sortir Erell mais ce ne fut qu’une bande d’enfants en guenilles. Il se calma.
« Bien sûr… Sans doute le devrai-je mais, l’Empereur me pardonne, je veux vivre. »
L’étranger se leva et se dirigea vers un placard. Il sortit de sous sa toge un flacon argenté, pris deux gobelets et versa un liquide doré. Sans demander si l’astartes voulait boire ou non il prit son verre et laissa le second à disposition. Il retourna s’assoir.
« Martinien, encore une fois je ne vous force en rien. J’ai besoin d’un associé et non d’un esclave sinon il m’aurait été facile de trouver mon bonheur ailleurs. L’univers est très prolifique en la matière. » Il fit une pause et but une gorgée.
« Vous avez eu de l’ambition au sein de votre chapitre et on l’a refoulé. Vous aviez la carrure d’un capitaine mais vos supérieurs vous ont refusé cette promotion.
-Ils n’avaient sans doute pas tord. Je croyais en être digne mais l’aventure d’avec Lucie et mes différentes prises de conscience m’ont clairement remis à ma place.
-Ah ! Et bien, de mon point de vue, c’est totalement l’inverse. Aujourd’hui, vous êtes plus prêt que vous ne l’avez jamais été ! Grace à Lucie précisément. »
Martinien ne disait mot.
« Je l’ai senti il y a trente ans et c’est pour ça que je suis allé vers vous. N’importe lequel de vos semblables serait resté sur ses positions et m’aurait tué sans hésiter. » Martinien serra les poings et se tourna de nouveau vers le xénos qui finit son verre.
« Trente ans… Vous voudriez ma confiance et mon concours mais il reste tellement de zones d’ombres. Ce saut temporel, par exemple. Pourquoi a-t-il eu lieu ?
-Je vous l’ai déjà dit, cela m’arrangeait. J’ai plusieurs affaires en cours et il n’aurait pas été pertinent de vous laisser à volo entre-temps. Qui plus est, j’avais anticipé votre désir de revenir sur Adelphe III voir la fille de Lucie.
Enfin, j’avais besoin d’arguments et aussi d’un contexte pour vous permettre de prendre une décision.
-Vous voulez me manipuler pour vous attirer mon allégeance. Vous vous méprenez. Il me faudra du temps pour accepter le fait que je vis encore… Au plus profond de moi, j’espère toujours rejoindre les miens même après ces circonstances. Je me veux toujours utile au chapitre.
-Justement, figurez-vous que la barge de bataille de la 4ème compagnie des Dark-angels stationne depuis trois jours en orbite. Il semble qu’il y ait de nouveaux troubles dans les domaines de l’Empereur.
-Que dites-vous ?!
-Il n’y a pas qu’Erell qui justifie votre présence sur cette planète. Vous allez avoir les cartes en main pour faire votre choix et peut-être, qui sait, pourrez-vous rejoindre les vôtres. »
Martinien resta bouche bé un instant.
« C’est une plaisanterie. Vous me croyez si crédule ?! »
Il n’eut d’autre réponse qu’un sourire émergeant des ombres.
L’étranger se leva et disparu derrière la porte.
Bouillonnant, le Dark-angel se retourna et fixa l’accès du bâtiment d’en face. Pourquoi n’avait-il pas tué ce xénos ? Pourquoi risquer de se faire pervertir encore un peu plus ? Ces questions le taraudaient sans cesse. Il y avait évidemment le fait qu’isolé comme il l’était, il ne lui resterait plus grand-chose à quoi se raccrocher mais surtout il y avait un sentiment nouveau et détestable : la peur. Depuis son réveil, il avait eu à composer avec tant de nouveautés déstabilisantes qu’il en avait eut parfois la tête comme dans un étau. A présent, il avait tout de même eu le temps de faire le point et de se recentrer plus qu’il ne l’avouait. Martinien avait fini par comprendre la source de toutes ses angoisses. Pour la première fois de sa vie, c'est-à-dire depuis des siècles, il était libre mais de cette liberté, il ne savait que faire. Hors la dernière visite de son « sauveur » allait l’obliger à agir. Si ses frères de la 4ème compagnie se trouvaient sur cette planète, il avait le devoir de les rejoindre pour faire son rapport et sans doute pour mourir aussi. Choisiraient-ils de lui effacer la mémoire pour le réintégrer ? Dans son esprit, le vétéran ne savait dire si c’était mieux ou pire.

Au bout d’un temps qu’il n’aurait su estimer, le fils du Lion fut intrigué par de nouveaux venus dehors, dans la rue. Un homme ayant des implants mécaniques et portant une toge sale entra dans le bâtiment d’Erell. Il était accompagné par deux mutants colossaux dont un resta à l’entrée feignant de mendier. Il ne fallut qu’une seconde à Martinien pour comprendre que d’autres astartes usaient du même stratagème que lui pour se cacher en ces lieux. La surprise eut un effet revigorant pour Martinien. Evidemment, il était perplexe mais de l’action s’annonçait. Cette énigme dessinait un objectif à court terme. Il prit le gobelet laissé à son attention, s’accorda un sourire et but lentement. Il trouva la boisson excellente.
« Allons trouver ce qui se terre dans l’obscurité et puisse l’Empereur me guider. »

Linuial
Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de -MFT-
  • : Ce blog vise à présenter mes projets en rapport avec mes centres d'intérêts : l'écriture, Warhammer 40K, la reconstitution historique et le travail scientifique qui en découle. Bonne lecture !
  • Contact

Recherche